Najva Esfahani est une suissesse d’origine iranienne et tunisienne. Elle a grandi à Genève et a fait un master en sciences sociales des religions à l’EHESS (École des Hautes Études en Sciences sociales à Paris). Elle a ensuite obtenu un doctorat pour son travail de thèse en sociologie à l’Université de la Sorbonne – Paris Descartes. Durant son parcours académique et ses recherches de terrain, elle a étudié les états modifiés de conscience, les archétypes et la pensée créatrice. Après avoir travaillé dans le domaine anthropologique et artistique, elle est revenue à la « source » : à son don inné de guérison. Un don qui perdure dans sa famille maternelle depuis le 17ème siècle.